École maternelle Saint-Léger, Saint-Denis, 2006 – 2014

En 2006, un 1er projet d’action musicale reliant parents, enfants et enseignants a été réalisé dans le cadre du contrat de ville de St Denis. Recevant un écho particulièrement positif dans ce quartier ZEP, il a été reconduit avec le soutien de la DDASS de Seine St Denis puis du Conseil Régional Ile de France.

  • Action musicale impliquant enfants, parents et enseignants.
  • Enregistrements
  • Écoutes musicales
  • Recherche de répertoires
  • Accompagnement des parents, reprise du répertoire avec les enfants et diverses activités pédagogiques induites par l’apport culturel et artistique des parents.

ecoles_SaintLeger

Photo : Christophe Gaessler

À la recherche des chansons oubliées

Photo : Christophe Gaessler

Universalité des jeux chantés et des comptines pour se découvrir dans la relation à l’autre.

Echos des enseignants et des parents

« Les enfants ont beaucoup de plaisir à écouter leurs parents et ceux des autres. Ils rentrent volontiers dans la dynamique des rythmes, des mélodies et des paroles avec toutes leurs couleurs et leur musicalité. Les parents sont au premier abord réticents à cause d’une certaine gêne ou peur de chanter au micro, l’impression de ne pas savoir chanter, mais ils ont compris que ce serait un magnifique cadeau pour leur enfant. Ils ont enregistré leur voix en présence de leur enfant (mémoire vivante), ce qui a détendu le climat d’appréhension, leur a donné confiance et courage. Après l’enregistrement, on a pu constater l’épanouissement des parents vis à vis de l’école, une grande réjouissance, toute la fierté d’avoir réussi à faire le cadeau de sa voix, pour son enfant, pour les autres aussi… fierté d’avoir pu retrouver et restituer une partie intime d’eux-mêmes, de leur propre langue, de leur propre enfance, fierté que l’école s’intéresse à eux pour ce qu’ils sont et les valorise. Cette trace « du monde » qui fixe sur le disque une part de culture orale traditionnelle, issue de toutes origines géographiques, s’inscrit dans le temps des premières classes de la vie scolaire, permet aux enfants de traverser le temps, de relier le passé familial au présent de l’école et ouvre vers le futur. Elle permet une projection positive sur l’avenir. »

« Cette reconnaissance des parents et de leurs savoirs par l’école, cette valorisation du domaine familial, a produit en retour, une transformation de l’image de l’école. Elle se trouve ainsi investie d’une confiance accrue et, par effet de transitivité, valorisée par les enfants et leurs familles. Tous ces échanges ont produit une coopération resserrée entre l’école et la famille entraînant une plus value notable dans la qualité des enseignements. Les enfants ont pu profiter de cette collaboration éducative pour accroître leurs apprentissages, les consolider dans un sentiment de confiance instauré par ces moments vécus, chargés en émotion personnelle et affective partagée. Cela a eu également une incidence certaine dans l’accompagnement des parents pour tous les autres projets de l’école (sortie, fêtes, spectacle). Ils ont changé leur regard sur l’école, se sont investis dans la scolarité de leurs enfants avec une approche plus curieuse et compréhensive. »

« Ce projet s’est inscrit idéalement dans les programmes, le vivre ensemble, la découverte du monde, la maîtrise de la langue et dans le projet de réussite éducative. »

Un papa :
« C’est un beau projet. Pour favoriser, cultiver la mixité culturelle. C’est bon pour l’éveil des enfants, éveiller sa curiosité intellectuelle. Ça lui montre qu’en dehors de son cadre naturel, il existe d’autres langues, que ses origines ne sont pas ici, que ses parents sont venus d’ailleurs. Même petit, ça l’aide à se poser pas mal de questions. Tout cela contribue à être plus tolérant plus tard. »

Les commentaires sont désactivés.